skip to Main Content

Retour sur le salon mondial du métavers à Monaco

Ce n’est plus de la science-fiction ou une drôle de fantaisie. Le métavers est une réalité business que l’on ne peut plus ignorer quand on est un.e futur.e professionnel.le de la communication digitale comme Kaoutar El Hazim, étudiante en Mastère 2. Retour, avec elle, sur le salon mondial du métavers de Monaco qui s’est tenu en mai dernier.

Le métavers, notre futur proche à tous

Nous en parlions dans un précédent article : le métavers est notre avenir. Nous sommes entrés dans l’ère du web 3.0, n’en déplaise aux déjà nostalgiques du web 2.0. Bientôt, nos avatars évolueront, vivront et travailleront dans un monde virtuel et immersif. 

De plus en plus d’entreprises de secteurs variés investissent dans le métavers. L’ISCAE en fait partie, puisque depuis 2016, l’école est accompagnée par Qwark Education (anciennement Cilevel, et leader dans le métavers de l’éducation). « L’ISCAE a un intérêt fort pour le sujet, on peut s’attendre à ce que l’enseignement soit une partie du métavers. Nous sommes donc ravis qu’une de nos étudiantes ait pu participer au Salon Mondial du Métavers à Monaco » déclare Roger Melzer, directeur de l’ISCAE. 

Le salon mondial du Métavers à Monaco

C’était l’évènement hybride, incontournable du mois de mai sur la French Riviera en matière de divertissement et de métavers ! Tous les secteurs étaient représentés : musique, gaming, sport, arts, smart city. Le grand public a pu assister à des keynotes, des interviews et des projections de contenu. Parmi les intervenants prestigieux, le cofondateur de Netflix, qui a montré son intérêt grandissant pour le métavers. Les visiteurs ont pu voir des démos, s’immerger dans le métavers, en créant leurs avatars, en jouant, en simulant des entretiens, etc. D’autres éditions suivront à Miami, Dubaï et Séoul.

3 questions à Kaoutar El Hazim, étudiante en dernière année de Mastère communication digitale

Invitée par Laurence Genevet, intervenante à l’ISCAE et organisatrice du salon, Kaoutar El Hazim a pu expérimenter le métavers. Une chose est sûre : elle a compris son enjeu dans sa future carrière professionnelle.

« Depuis ce salon, je saisis vraiment l’importance du métavers. Il ne faut pas le craindre : ce n’est pas un monde virtuel qui va nous éloigner, au contraire ! »

 

Connaissais-tu le métavers avant le salon ?

Travaillant dans l’IT chez Amadeus en tant que chargée de communication digitale, ma prof a pensé à moi en m’invitant au salon. Je suis ravie, car je ne connaissais pas vraiment. J’observais des amis autour de moi qui achetaient des baskets virtuelles, mais je ne comprenais pas pourquoi je ne voyais pas l’utilité. Depuis ce salon, je saisis vraiment l’importance du métavers. Il ne faut pas le craindre : ce n’est pas un monde virtuel qui va nous éloigner, au contraire ! En tant que bientôt diplômée en communication digitale, je ne peux pas ignorer cet enjeu. Je conseille aux étudiants de s’y intéresser, c’est maintenant que ça se passe !

Que retiens-tu de ces 2 jours ?

Ce qui m’a frappé, c’est surtout les opportunités liées au recrutement. Je pense que le recrutement va se faire de plus en plus dans le métavers. Grâce aux avatars, les candidats ne seront plus jugés sur leurs apparences physiques ou sur leurs origines, mais sur leur savoir-faire. Il faut imaginer un entretien virtuel avec des avatars où les compétences sont vérifiées en temps réel. On peut même tester la cohésion d’équipe à travers des jeux. C’est clairement le recrutement de demain et je pense qu’on peut d’ores et déjà l’appliquer dans mon entreprise !

Quel est le stand qui t’a le plus marqué ?

Le stand de l’entreprise OWO était impressionnant. J’ai pu porter leur gilet immersif aussi fin qu’une veste de sport. Il permet de regarder un film tout en ressentant les émotions, les actions, etc. Par exemple, s’il y a une scène d’action on sent un coup (soft bien sûr). J’ai pu le tester devant Titanic lors de la fameuse séquence à l’avant du bateau. C’était dingue ! Cela prouve bien que le métavers ne nous coupe pas du réel.

Pour en savoir plus sur le Métavers, lisez notre dernier article sur le sujet. 

Back To Top