skip to Main Content

Discussions avec… Charlotte d’Halluin, alumni ISCAE et fondatrice de Nez d’Esprit

Chaque mois, nous partons à la rencontre d’un membre de la communauté ISCAE. Étudiants, intervenants, entreprises partenaires ou encore collaborateurs. Découvrez leur quotidien au sein de l’ISCAE !

Aujourd’hui, discussion avec Charlotte d’Halluin, alumni de notre Mastère Pro Management et stratégie des entreprises et fondatrice de Nez d’Esprit, une boutique en ligne de spiritueux français née lors de son projet de fin d’études. La jeune entrepreneuse revient sur ses années ISCAE, sur la genèse de son aventure entrepreneuriale et sur les défis auxquels elle fait face.

Le choix du Mastère Management et Stratégie des Entreprises

Après une Licence en marketing stratégique et e-commerce, Charlotte a intégré l’ISCAE en 2019, d’abord en Mastère Pro. Communication digitale et stratégie globale. “Je cherchais une école qui soit à taille humaine, où les mastères étaient davantage diversifiés que l’école où j’étais auparavant. C’est une ancienne collègue à moi qui m’en a parlé et j’ai tout de suite accroché avec le personnel présent lors des portes ouvertes et lors de l’examen d’entrée. De plus, étant niçoise, la localisation de l’école en centre-ville me convenait parfaitement.”.

 Finalement, c’est dans le Mastère Management et Stratégie des Entreprises qu’elle s’épanouira : “ Il était important pour moi de travailler un projet toute l’année et d’être évalué sur celui-ci plutôt que de faire plusieurs projets en même temps sans que cela aboutisse vraiment. Les modules étaient complets et concrets, tels qu’ils sont dans la vie professionnelle. J’avais envie de relever le challenge du mastère MSE qui est de créer une société de A à Z”. 

Quand on l’interroge sur ses deux années d’études en Mastère à l’ISCAE, Charlotte a des souvenirs plein la tête. Un, se distingue plus que les autres et illustre la force du cursus : “ Le jour des oraux blancs en dernière année de mastère, on se connaissait tous, on connaissait les projets de chacun par coeur. On se soutenait mutuellement dans nos épreuves, on partageait nos doutes et nos réussites, c’est un peu comme si on était dans un accélérateur de start-up. La cohésion de groupe était présente alors qu’on était tous sur des entreprises différentes, c’était une énergie incroyable pour toute la classe.” 

Nez d’esprit : d’un projet étudiant à la création de son entreprise…

Rien ne prédestinait plus que ça Charlotte à l’entrepreneuriat. En revanche, la passion pour les spiritueux est une affaire de famille. C’est au côté de ses grands-pères et de son père hôtelier-restaurateur qu’elle travaille ses sens à la dégustation de spiritueux. 

Nez d’esprit vient d’un constat fait avec une amie avant même son entrée en Mastère : “Nous discutions des longues cartes des vins proposées dans les bars et restaurants, on s’étonnait qu’il n’y ait pas de carte pour les spiritueux, et surtout que la majorité des spiritueux étaient des spiritueux étrangers. Ma curiosité m’a piqué et je me suis renseigné sur ce marché et sur le marché français.”. 

C’est en toute logique qu’elle décide d’aller plus loin en faisant de ce sujet, sa thèse professionnelle : mettre plus en avant les spiritueux français. Selon Charlotte, c’est le Mastère pro qui a accéléré la concrétisation de ce projet et qui lui a donné confiance. “ Ce n’était pas prévu pour moi de lancer mon entreprise dès la fin de mes études. Plus les mois passaient, plus je prenais de l’assurance dans mon projet, il a retenu l’attention des bonnes personnes et j’ai compris que si je ne prenais pas le risque de lancer NEZ D’ESPRIT, j’allais rater quelque chose. J’ai décidé de sauter le pas et j’ai foncé.”

Au-delà des cours qui sont tous orientés vers la création et le développement d’entreprise, la jeune diplômée a eu le temps de faire évoluer son projet, de travailler son pitch, etc. “ La plus grosse partie du travail avait été préparée pendant plus d’un an grâce au travail réalisé pour les cours et la thèse. Ça m’a beaucoup aidé dans l’élaboration du projet. La présentation auprès des banques ou des partenaires commerciaux était plus facile.”

Les défis d’une entrepreneuse

Charlotte ne s’est pas contentée de commercialiser les spiritueux français. Plus qu’une boutique en ligne, la jeune entrepreneuse a à cœur de valoriser et de démocratiser les spiritueux dans la gastronomie : “ Nous réalisons des plats qui mettent le spiritueux au cœur de l’assiette. J’ai eu envie de casser les codes des accords mets et vins que l’on retrouve partout, et j’ai voulu ajouter les spiritueux dans mes recettes. Ça fonctionne très bien et les gens sont surpris de l’utilisation d’alcools forts dans les plats. Mais la qualité des produits sublime les recettes.”

Autre défi de taille pour la jeune femme : apprendre à gérer les imprévus comme les retards de livraisons, les fournisseurs ou les contrariétés de la vie quotidienne. Nous lui avons demandé comment fait-elle pour garder la tête froide, elle répond avec précisions : “ Il faut être agile, chercher et trouver des solutions. Prendre le temps d’analyser ce qui bloque les prospects, échanger avec les clients et surtout prendre beaucoup de recul. Je me dis qu’il y a des jours avec et des jours sans, et je fais tout pour que ma journée du lendemain soit moins dans le doute que la précédente. Dans les moments difficiles, j’essaye d’accepter mes émotions et de regarder tout le chemin accompli jusqu’à présent. Enfin, mes proches sont d’un soutien sans faille. Je prends note de leurs conseils. ”

Si vous aussi vous souhaitez créer votre entreprise, Charlotte vous partage ses tips : 

  • avoir une idée ; 
  • croire en son projet ;
  • parler de son projet et développer son personal branding ;
  • travailler son pitch pour convaincre ;
  • être bien accompagné ;
  • accepter d’échouer pour mieux rebondir.

Nous souhaitons à Charlotte une belle réussite avec Nez d’Esprit ! Petite indiscrétion : son projet était tellement intéressant que deux de nos enseignants sont devenus ses associés (mais chut … on ne vous dira pas qui !)

Découvrez d’autres témoignages d’alumni comme celui de Jezabel Falisse.

Back To Top