skip to Main Content

Rencontre avec Fiona Gazaiel, diplômée du Mastère Management et Stratégie des Entreprises

Ce mois-ci, découvrez le parcours de Fiona Gazaiel, diplômée en 2017 du Mastère Management et Stratégie des Entreprises et major de promotion. Aujourd’hui, Fiona est la gérante de sa propre boutique de prêt-à-porter Influences à Cagnes-sur-Mer.

Pour vous, elle revient sur ses années ISCAE et sur son aventure entrepreneuriale sans oublier de vous donner de précieux conseils.

Vous souhaitez découvrir la boutique de Fiona et vous faire plaisir ? L’ancienne étudiante vous offre – 10% de remise sur tout le magasin sur présentation de cet article. Profitez-en !

Quel est ton parcours avant l’ISCAE ? Pourquoi avoir choisi l’ISCAE ?

Après un BAC ES puis un BTS Communication au Parc Impérial et une L3 Information-Communication option com visuelle à la FAC, j’ai pris une année de césure pour voyager en Australie et en Nouvelle-Zélande. À mon retour, j’ai décidé de faire un mastère en communication et c’est l’entreprise dans laquelle j’ai trouvé mon alternance qui m’a proposé l’ISCAE. J’ai passé le test d’entrée et j’ai été admise en Mastère Pro Communication digitale et stratégie globale. 

Tu es diplômée du Mastère Management et Stratégie des entreprises, pourquoi avoir changé de filière après ta première année de com ?

Je sentais que j’avais fait le tour de la communication après 4 ans d’études. Quand j’ai commencé mes études de communication en BTS, on ne parlait pas de réseaux sociaux et très peu de communication numérique, on étudiait la stratégie pure et dure de la communication (BtoB, BtoC, la communication visuelle, non verbale, la prospection, etc.). Lors du M1, la communication avait énormément évolué et connaissait sa révolution numérique : les réseaux sociaux étaient au cœur des stratégies de communication, le marketing est devenu le webmarketing, etc. C’est un aspect de la communication qui m’intéressait moins et le M2 Com était dans la continuité. En plus de cela, le monde de l’entrepreneuriat m’intéressait, j’avais envie d’en savoir plus et d’appréhender les rouages de l’entreprise. Je suis reconnaissante d’avoir pu faire le switch pour le M2, car ça a été une année très enrichissante et le début d’une nouvelle aventure qui m’anime toujours aujourd’hui. Le M2 est l’une de mes années d’études que j’ai préférées. 

 Quel est ton plus beau souvenir à l’ISCAE ? 

Les beaux et bons souvenirs en tant qu’étudiante à l’ISCAE sont nombreux ! D’abord, la journée d’intégration en M1 avec une chasse au trésor dans Nice, c’était génial ! Ensuite, en M1 Communication, nous avons pu organiser plein d’évènements plus ou moins gros, c’était à chaque fois une belle réussite : petit déjeuner de noël, soirée After work Blind test, soirée de fin d’année Tiki Beach … 

En M2, nous sommes partis un week-end à Bruxelles, imaginez une grande bande de potes de 23 ans à qui on parlait parlement européen la journée et bière le soir (rires). C’est un week-end mémorable, je pense qu’on s’en souvient tous !

Il y a eu la remise des diplômes également qui a été une très très belle soirée, prestigieuse et riche en émotion, au casino de Beaulieu-sur-Mer.

Au-delà de ces événements, il y avait une belle relation avec les enseignants, mais aussi avec l’équipe comme Nacéra et Cathy, toujours dans l’échange et le partage. 

Qu’est-ce que tu retiens de tes années d’études ? Qu’est-ce que tu as appris sur toi-même ? 

Je retiens énormément de choses de ces années d’études à l’ISCAE ! Elles m’ont permis de me plonger dans le monde professionnel grâce à l’alternance en entreprise, mais aussi la qualité des cours et les enseignants que nous avions. D’ailleurs, mention spéciale pour Sandra Broccari ! Ils étaient tous inspirants, ce n’était pas simplement des professeurs, mais des professionnels de la communication qui nous enseignaient la théorie et la pratique grâce à leurs propres expériences. C’était très enrichissant !

Je me suis révélée durant ces 2 années et j’ai pris un peu plus confiance en moi. Finir mes études en étant major de promotion a été très symbolique, ce fut une réelle fierté ! J’étais gonflée à bloc pour démarrer et entreprendre ma vie professionnelle. 

Pourquoi as-tu créé ta propre boutique ?

J’ai créé ma boutique Influences parce que l’envie d’entreprendre était très forte, trop forte, comme une évidence. Entreprendre, ce n’est clairement pas simple, c’est beaucoup de sacrifices et d’investissements personnels. 

Mais on est libre ! On est libre de ses faits et gestes et cette liberté est pour moi la récompense de tous les sacrifices que l’entrepreneuriat demande. Aujourd’hui, je suis gérante d’une boutique de vêtements comme j’aurai pu être gérante d’un salon de thé (certains à l’ISCAE auront peut-être la référence), je veux dire par là que le plus important pour moi est d’entreprendre, peu importe le secteur d’activité. 

 Parle-nous de tes missions dans ton job actuel ? 

Aujourd’hui je suis gérante d’une boutique de prêt-à-porter donc je gère mon entreprise dans son intégralité. De la comptabilité au juridique en passant par l’embauche, la gestion et la fidélisation de la clientèle,  la gestion des achats, la vente (forcément), le développement de la communication, et j’en oublie sûrement. Ces compétences je les ai acquises grâce à mes études en Mastère alors merci l’ISCAE !

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent entreprendre ?

À tous ceux qui souhaitent entreprendre, il faut que cela vienne du plus profond de vous, car réussir dans l’entrepreneuriat n’est vraiment pas simple. Donnez-vous les moyens de réussir, car la réussite ne dépend que de vous-même ! Ça ne tombe pas du ciel, il faut travailler, être persévérant, toquer à toutes les portes, saisir les opportunités et ne pas avoir peur de se tromper, car on ne le dit jamais assez et c’est beaucoup trop vrai : c’est dans les échecs que se cachent les réussites. J’ai ouvert ma boutique 4 ans après la fin des études, 4 années d’embûches et d’obstacles ! Il n’y a pas de mauvaises décisions, il n’y a que des choix que l’on prend à un instant donné. Le plus important est de s’épanouir, peu importe le métier. 

Mon mot de la fin serait de dire qu’entreprendre, c’est cette liberté de repousser sans cesse les limites de l’imaginaire car TOUT, absolument TOUT est possible. 

Tu es un alumni ISCAE et tu n’es pas encore inscrit ? Rejoins la communauté !

Back To Top